top of page

ABUS, STRESS, EFFETS SUR LE CORPS ET OSTÉOPATHIE


On appelle « stress » tout stimulus, intrinsèque ou extrinsèque, qui évoque une réponse biologique.

En fonction du type, du moment et de la gravité du stimulus appliqué, le stress peut exercer diverses actions sur le corps.


Si la réaction du corps au « stress quotidien » nous permet de réagir à tous les événements de notre vie au quotidien, des niveaux élevés de stress ou un stress à long terme ou chronique peuvent soumettre notre corps à un certain nombre de contraintes physiologiques et des modifications fonctionnelles et structurelles qui peuvent être sources de maladies. (1)


Ainsi, l’abus physique, psychologique et émotionnel ont des effets délétères sur le corps, qu’ils placent dans un état de stress permanent. (2)


photo floue de femme se cachant derrière ses mains


Des recherches ont relevé que ces réponses au stress ne perturbent pas qu'un seul système, mais l'organisme tout entier, entraîne un déséquilibre de l'état général de santé.


Voici un bref aperçu des principaux effets du stress sur les systèmes physiologiques primaires :


SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUE: En cas de stress, les muscles se tendent. La tension musculaire est presque une réaction réflexe au stress – la façon dont le corps se protège contre les blessures et la douleur. Lors d'un stress soudain, les muscles se tendent d'un coup, puis relâchent leur tension lorsque le stress passe. Le stress chronique amène cependant les muscles du corps à être dans un état de vigilance plus ou moins constant. Cela est aussi le cas pour le diaphragme, le muscle de la respiration. Cela peut entraîner un changement dans les schémas biomécaniques : un changement dans la façon dont le corps se tient, bouge, exécute des tâches (comme p.e. la respiration) et un changement de la capacité de charge du corps. (22) On observe alors des troubles fonctionnels, des douleurs musculo-ligamentaires, la présence de triggerpoints (les « nœuds » dans les muscles), des maux de têtes, des troubles de l’ATM, une sensation de pression sur la poitrine, de la fatigue, des douleurs de dos, etc…


SYSTÈME HORMONAL: Le stress peut modifier l'activité de nombreux processus endocriniens associés à l'hypothalamus, à l'hypophyse (hormone de croissance) et aux glandes surrénales au système adrénergique, aux gonades, à la thyroïde et au pancréas (18)(19)(20) Même une quantité minimale de stress peut activer l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien, responsable des sécrétions de différents hormones, dont l’adrénaline et le cortisol. (21)


SYSTÈME NERVEUX: Le stress peut avoir de nombreux effets sur le système nerveux et provoquer des modifications structurelles dans différentes parties du cerveau avec des effets même à long terme. (3)(4)(5)

Les changements fonctionnels comprennent les troubles de la mémoire la réduction de la cognition et de l'apprentissage et les troubles du comportement et de l'humeur. (6)(7)(8)(9)


SYSTÈME IMMUNITAIRE: Le stress influence la sécrétion d’un nombre d’hormones ainsi que la sensibilité des récepteurs d’hormones qui jouent un rôle dans le fonctionnement du système immunitaire. (10)(11)(12)(13) Il provoque également la libération de substances chimiques (les médiateurs de la réponse au stress) dans le système lymphatique, partie de notre système immunitaire.(10) Le stress sévère supprime le système immunitaire et peut ainsi conduire à la croissance de cellules malignes, à une instabilité génétique et à l'expansion tumorale. (14)


SYSTÈME GASTRO-INTESTINAL: Le stress provoque une modification dans les mouvements du tractus gastro-intestinal, une augmentation de l'irritabilité viscérale, une altération du taux et de l'étendue des diverses sécrétions gastro-intestinales (comme l’acide gastrique), une modification de la perméabilité de la barrière intestinale et de l’absorption, des effets négatifs sur le flux sanguin vers le tractus gastro-intestinal et une augmentation du nombre de bactéries intestinales.(15)(16)(17) Le stress augmente également la réponse du système gastro-intestinal à l'inflammation et peut réactiver une inflammation antérieure et accélérer le processus inflammatoire par la sécrétion de médiateurs tels que la substance P.(16)


SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE: Le stress peut engendrer des changements du rythme cardiaque. Les vaisseaux sanguins peuvent subir une vasoconstriction (diminution du diamètre) , ce qui peut entraîner non seulement une augmentation de la tension artérielle, mais aussi une augmentation des lipides sanguins, des troubles de la coagulation sanguine et des modifications vasculaires, choses qui peuvent tous provoquer des arythmies cardiaques et des troubles myocardiques ultérieurs.(23)(24)(25)(26)


En plus de ces changements physiologiques, le stress peut avoir un effet négatif sur notre santé psychologique et sur le développement des enfants :


DÉVELOPPEMENT: L'exposition à la violence psychologique pendant l'enfance peut interrompre les processus de développement et entraîner des déficiences physiques, mentales et émotionnelles à vie.(27) L'exposition à des facteurs de stress intenses et chroniques au cours des années de développement a des effets neurobiologiques durables.(28)(29)(30)(31)


SANTÉ PSYCHOLOGIQUE: Le stress peut entraîner la dépression, l'anxiété, la colère, une santé physique et mentale dégradée, même des décennies après l'abus (32)(33)(34)(35) , la confusion, des difficultés de concentration, la culpabilité, la honte, la perte de soi, le doute de l'estime de soi et capacités, troubles d'apprentissage, émotions extrêmes, problèmes de sommeil, retrait social et troubles de l'attachement. (36) (37)(38)(39)(40)(41)(42)(43)


L'ostéopathie est un système de soins qui, à partir d'une compréhension globale du patient, consiste en la prévention, le diagnostic et le traitement des dysfonctionnements par des techniques de manipulation, permettant de rétablir l'harmonie dans chacun des systèmes de l'organisme. Il s’agit d’apaiser les systèmes nerveux central et autonome, pour diminuer les effets nocifs du stress sur notre corps. Mais les effets d’un traitement ne sont pas seulement physiques. Quand on se sent mieux physiquement, la capacité de charge du corps augmente, ainsi que la confiance corporelle, la confiance en soi et l’estime de soi, vitale pour les victimes d’abus!


Les consultations se déroulent de façon strictement confidentielle. Aucune information ne peut être partagée avec d'autres personnes.



BIBLIOGRAPHIE

(1) Habib Y, Yunes P, Hedayat S, Thomas PJ, Amirhossein S. The impact of stress on body function : A review. Excli J 2017

(2) J. Child Adolesc Trauma. 2020 Dec; 13(4): 399–407

(3) Lupien SJ, McEwen BS, Gunnar Mr, Heim C., Effects of stress throughout the lifespan on the brain, behaviour and cognition. Nat.Rev.Neurosci. 2009(4) Sarahian N., Sahraei H., Zardooz H., Alibeik H., Sadeghi B. Effect of memantine administration within the nucleus accumbens on changes in weight and volume of the brain and adrenal gland during chronic stress in female mice. Modares J Med Sci : Pathobiology. 2014

(5) Reznikov LR, Grillo CA, Piroli GG, Pasumarthi RK, Reagan LP, Fadel J Acute stress-mediated increase in extracellular glutamate levels in the rat amygdala : differential effects of antidepressant treatment. Eur J Neurosci. 2007

(6) Lupien SJ, Lepage M. Stress, memory and the hippocampus : can’t live with it, can’t live without it. Behav Brain Res. 2001

(7) Luine V, Villegas M, Martinez C, McEwen BD. Repeated stress causes reversible impairments of spatial memory performance. Brain Res. 1994

(8) Bremner JD. Does stress damage the brain ? Biol Psychiatry. 1999

(9) Li S, Wang C, Wang W, Dong H, Hou P, Tang Y. Chronic mild stress impairs cognition in mice : from brain homeostasis to behavior. Life Sci. 2008

(10) Khansari DN, Murgo AJ, Faith RE. Effects of stress on the immune system. Immunol Today. 1990

(11) De la Fuente M, Delgado M, Gomariz RP. VIP modulation of immune cell functions. Adv. Neuroimmunol. 1996

(12) Gala RR. Prolactin and growth hormone in the regulation of the immune system. Exp Biol Med. 1991

(13) Mantyh PW, Substanc P and the inflammatory and immune response. Ann NY Acad Sci 1991

(14) Reiche EMV, Nunes SOV, Morimoto HK. Stress, depression, the immune system, and cancer. Lancet oncol. 2004

(15) Konturek PC, Brzozowski T, Konturek SJ. Stress and the gut : pathophysiology, clinical consequences, diagnostic approach and treatment options. J Physiol Pharmacol. 2011

(16) Collins SM. Modulation of intestinal inflammation by stress : basic mechanisms and clinical relevance. Am J Physiol . 2001

(17) Nabavizadeh F, Vahedian M, Sahraei H, Adeli S, Salimi E. Physical and Psychological stress have similar effects on gastric acid and pepsin secretions in rat. J Stress Physiol Biochem. 2011

(18) Brown-Grant K, HarrisG, Reichlin S. The effect of emotional and physical stress on thyroid activity in the rabbit. J Physiol. 1954

(19) Thierry A-M, Javoy F, Glowinski J, Kety SS. Effects of stress on the metabolism of norepinephrine, dopamine and serotonin in the central nervous system of the rat. I Modifications of norepinephrine turnover. J Pharmacol Exp Ther. 1968

(20) Lupien SJ, McEwen BS. The acute effects of corticosteroids on cognition : integration of aimal and human model studies. Brain Res Rev. 1997

(21) Sapolsky RM. Endocrinology of the stress-response. Behavioral Endocrinology 2ndedition, 2002

(22) Leino P. Symptoms of stress predict musculoskeletal disorders. J Epidemiol Community Health, 1989.

(23) Rozanski A, Blumentahl JA, Kaplan J. Impact of psychological factors on the pathogenesis of cardiovascular disease and implications for therapy. Circulation, 1999

(24) Vrijkotte TG, Van Doornen LJ, De Geus EJ. Effects of work stress on ambulatory blood pressure, heart rate, and heart rate variability. Hypertension, 2000

(25) Hall M, Vasko R, Buysse D, Ombao H, Chen Q, Cashmere JD, et al. Acute stress affects heart rate variability during sleep. Psychosomatic Med., 2004

(26) Sgoifo A, De Boer SF, Buwada B, Korte-Bouws G, Tuma J, Bohus B, et al. Vulnerability to arrhythmias during social stress in rats with different sympathovagal balance. Am J Physiol. , 1998

(27) Bick, J., & Nelson, C. A. (2016). Early adverse experiences and the developing brain. Neuropsychopharmacology (28) Afifi, T. O., MacMillan, H. L., Boyle, M., Cheung, K., Taillieu, T., Turner, S., & Sareen, J. (2016). Child abuse and physical health in adulthood. Health Reports, 27, 10–18.

(29) Cougle JR, Timpano KR, Sachs-Ericsson N, Keough ME, Riccardi CJ. Examining the unique relationships between anxiety disorders and childhood physical and sexual abuse in the National Comorbidity Survey-Replication. Psychiatry Resources. 2010

(30) DeBellis MD, Hooper SR, Sapia JL. Early trauma exposure and the brain. In: Vasterling JJ, Brewin C, editors. Neuropsychology of PTSD: Biological, cognitive, and clinical perspectives. Guilford; 2005

(31) Monnat, S. M., & Chandler, R. F. (2015). Long-term physical health consequences of adverse childhood experiences. The Sociological Quarterly

(32) Doyle, C., & Cicchetti, D. (2017). From the cradle to the grave: The effect of adverse caregiving environments on attachment and relationships throughout the lifespan. Clinical Psychology: Science and Practice

(33) Williams, L. M., Debattista, C., Duchemin, A. M., Schatzberg, A. F., & Nemeroff, C. B. (2016). Childhood trauma predicts antidepressant response in adults with major depression: data from the randomized international study to predict optimized treatment for depression. Translational Psychiatry,

(34) Edwards V, Holden G, Felitti V, Anda R. Relationship between multiple forms of childhood maltreatment and adult mental health in community respondents: Results from the adverse childhood experiences study. The American Journal of Psychiatry. 2003

(35) Briere J, Jordan C. Childhood maltreatment, intervening variables, and adult psychological difficulties in women. Trauma, Violence, & Abuse. 2009

(36) Green BL. Traumatic stress and disaster: mental health effects and factors influencing adaptation. In: Mak FL, Nadelson C, editors. International Review of Psychiatry. Washington, DC: Am. Psychiatr. Press; 1996

(37) Brown GW, Bifulco A, Harris T, Bridge L. Life stress, chronic subclinical symptoms and vulnerability to clinical depression. J. Affect. Disord. 1986

(38) Hammen C. Stress and depression. Annu. Rev. Clin. Psychol. 2005

(39) Haviland MG, Sonne JL, Woods LR. Beyond posttraumatic stress disorder: object relations and reality testing disturbances in physically and sexually abused adolescents. J. Am. Acad. Child Adolesc. Psychiatry. 1995

(40) Kendler KS, Karkowski LM, Prescott CA. Causal relationship between stressful life events and the onset of major depression. Am. J. Psychiatry. 1999

(41) McNally RJ. Psychological mechanisms in acute response to trauma. Biol. Psychiatry. 2003

(42) Paykel ES. Stress and affective disorders in humans. Semin. Clin. Neuropsychiatry. 2001

(43) Pruessner JC, Hellhammer DH, Kirschbaum C. Low self-esteem, induced failure and the adrenocortical stress response. Personal. Individ. Differ. 1999

Comments


Wit en Roze Doorhaling Cosmetica Schoonheid Logo.png
bottom of page